Dorian change de cap

L’ouragan Dorian a finalement changé de trajectoire et épargné Haïti. Au départ, les projections du NHC (National Huricane Center) amenait la tempête directement sur le pays. Finalement, Dorian est passé à l’Est de Porto Rico et se dirige maintenant vers la Floride. Vous pourrez voir sur les deux images ci-dessous la différence entre la projection du 25 août et celle du 29.

La leçon à retenir est que la nature est imprévisible. Nous allons quand même suivre de près l’évolution des prochaines tempêtes sur le site du NHC (https://www.nhc.noaa.gov/ ).

Projection initiale du NHC (25 août 2019)
cone graphic
Projection récente du NHC (29 août 2019)

Le téléphone cellulaire

Le numéro de cellulaire du Québec

J’ai souscrit à un service de téléphonie internet qui s’appelle VOIP (https://voip.ms/fr). Cela me permettra d’annuler mon forfait ici et de transférer mon numéro de cellulaire vers un service internet pour environ 1$ par mois. Avec ce service, je reçois un courriel et une notification lorsque j’ai un message dans ma boîte vocale. Comme la durée de notre voyage est long, un service comme celui-là est indispensable. Si j’ai besoin d’utiliser mon cellulaire pour téléphoner au Canada, je pourrai utiliser d’autres applications dont nous parlerons plus tard, comme Fongo, WhatsApp, Messenger FB ou Skype.

Le pouvoir des cartes SIM

Dans tous les pays, ou presque, il est possible d’acheter sur la rue des cartes SIM et de souscrire à un forfait téléphonie/données. Les prix sont très différents d’un endroit à l’autre mais généralement beaucoup moins chers qu’au Canada. En Europe, Karl a trouvé d’excellents forfaits à 10 euros pour un mois (environ 15$) qui offrent 2 GO ou plus de données Internet. Cela est plus avantageux que les forfaits voyage à 7$ par jour proposés par les compagnies canadienne. Pour Haïti, environ 28$ pour 15 GO : c’est énorme et avantageux.

Bracelet longue distance

Je suis SUPER quétaine…

Karl et moi seront séparés pendant un peu moins de deux mois. J’ai trouvé un gadget (un peu cher, je l’avoue) qui nous permet de rester en contact. Ce sont deux bracelets, esthétique et cute, qui vibrent lorsque l’on pose le doigt sur le dessus de celui-ci. Le bond touch est vraiment nice! Peut-importe la distance, lorsque je penserai à mon p’tit copain je pourrai lui envoyer une série de vibrations et de couleurs! Le lien ici : https://www.bond-touch.com/produc…/bond-touch-bracelets-pair

Si vous décidez d’en acheter, faite attention au taux de change. Disons que le dollar canadien n’est pas très fort! 😊

Les ouragans

À l’approche de la tempête tropicale Dorian qui s’abbatera sur les Antilles d’ici quelques heures, voici un topo sur les ouragans, typhons et cyclones.

Un cyclone tropical est un type de cyclone qui prend forme dans les océans de la zone intertropicale. Il se développe en tempête à la suite d’une dépression tropicale. Son stade final est connu sous divers noms à travers le monde : ouragan dans l’Atlantique nord et le Pacifique Nord-Est, typhon en Asie et cyclone dans les autres bassins océaniques.

Le cyclone tropical est une large zone de nuages orageux en rotation accompagnée de vents forts. Il est également bon de noter que les cyclones tropicaux sont des tempêtes à noyau chaud car la température à l’intérieur varie de 15 à 20 degré. Plus l’eau est chaude, plus elle sert d’accélérateur à l’ouragan. C’est principalement cette raison qui alarme tant les métérologues de ce monde et c’est également pour cette raison qu’au Canada et dans les pays Nordiques, ce genre de tempête est quasi inexistante. Presque tous les cyclones tropicaux se forment à moins de 30 degrés de l’équateur et 87 % à moins de 20 degrés de celui-ci. Dans le monde, on rapporte environ 80 cyclones tropicaux par année. FOU RAIDE!

Donc, concrètement :

– Dépression tropicale (premier jet) système organisé de nuage, d’eau et d’orages avec une circulation cyclonique fermée en surface et des vents dont la vitesse de croissière est inférieure à 63 km / h.
– Tempête tropicale (deuxième étape) système cyclonique dont les vents ont une vitesse maximum comprise entre 63 et 117 km / h.
– Ouragan, typhon, cyclone (finalement) système cyclonique dont les vents ont une vitesse folle d’environ 118 km / h.

Pour qu’un cyclone soit destructeur il lui faut un cocktail digne d’un bar du plateau Mont-Royal, c’est-à-dire :

– De l’humidité en masse (nuage d’orage)
– Des mers chaudes (26,5 degré avec 60 m de pronfondeur)
– Des vents relativement faibles en altitude (oui, oui)

Lorsque les 3 ingrédients sont ensembles trop longtemps, ils se transforment en véritable cauchemar. Vents violents, vagues élevées, pluies torrentielles, et inondations qui sont une conséquence bête de ce fléau.

L’échelle utilisée pour catégoriser les ouragans est l’échelle de Saffir-Simpson. Un ouragan de catégorie 1 génère des vents plus faibles alors que la catégorie 5 est la plus intense. Il existe également l’échelle de Beaufort qui catégorise les dépressions tropicales vers les tempêtes jusqu’aux ouragans de 1 à 12.

Le nom de baptême des cyclones remontent à fort longtemps, (XVIII siècle). Il sert principalement à différencier chaque événements des précédents. En Australie, un peu plus tard dans l’histoire, Clément Lindley Wragge, un météorologiste, prenait des prénoms de femmes, de politiciens qu’il n’aimait pas et des noms historiques pour nommer les systèmes catastrophiques. Les États-Unis ont emboité le pas durant la même période. En 1979, à la suite de critiques des mouvements féministes, les ouragans reçoivent des prénoms alternativement masculins et féminins, en anglais, espagnol et français dans le bassin atlantique.

Il existe 6 listes de noms en rotation au 6 ans. Donc la liste de 2019 est la même liste que 2013 et 2007.

En Haïti, il y a un ouragan qui frappe aux 4 à 6 ans, les autres tempêtes étant catégorisés comme des dépressions ou tempêtes tropicales lors de leur passage. Ce qui aide, généralement, ce sont la présence de montagnes et la présence de la République Dominicaine. En arrivant par l’Est, l’ouragan frappe les terres avant d’arriver à Haïti et, privé d’eau chaude, perd de sa puissance. C’est pour cela qu’au Québec, on ne reçoit généralement que les restes des tempêtes car l’eau est plus froide et nous sommes à l’intérieur des terres. Beaucoup de pluie, un peu de vent, mais rien de catastrophique.

Le dernier ouragan majeur à avoir touché terre en Haïti est Matthew en 2016. Arrivant par le sud, il est passé directement sur Haïti en pleine catégorie 5, faisant environ 1000 morts et 5 milliards de dommages au pays. La vitesse maximale (soutenue sur une minute) a été de 260 km/h. Avant Matthew, le dernier ouragan dévastateur avait été Felix en 2007. Les autres ouragans, car il y en a plusieurs par année qui passent dans les Caraïbes, passent à côté en générant des dégâts somme toute limités.

Bref, on se croise les doigts pour avoir une année tranquille!

Le Consulat et la RAMQ

Cher Journal,

Ok standby il reste 6 dodos avant le départ vers Haïti! …Haïti chérie… Haïti nami .. Comme je m’amuse à dire… 😛  

Aujourd’hui, comme nous sommes tous les deux en congés, nous sommes allés au Consulat d’Haïti à Montréal (au centre-ville, genre.. le fun qu’on a eu.. en voiture en plus… T-K) 

** Soupir **

Donc, premier jet au Consulat, super bon service malgré le début un peu incertain des secrétaires à l’accueil. Concrètement pour un permis long séjour dans les Antilles, nous devons fournir une attestation de bonne conduire de la police (79$ à la ville de Longueuil, 21 jours avant de recevoir le papier)

Par contre, j’ai trouvé un Site Web qui s’appelle : Identité Québec, le lien ici : https://www.identitequebec.ca/certificat-de-police/?gclid=Cj0KCQjwho7rBRDxARIsAJ5nhFoHjQvaUGJnKXDxuvOuV1L6izDM_XrNDchOLFro3MvCICD6EwAPnPwaAo-LEALw_wcB

Le service propose de faire la demande de bonne conduite en ligne, 60$ tx incluses, puis livrée entre 3 à 5 jours et on reçoit le PDF, non-officiel en 24 heures.

ON JASE-LÀ! … C’est vraiment plus avantageux que de me taper le poste de police… Quoi que dit de même, ça peut avoir l’air bizarre.. BREF!.. 😛 😛 😛

Ensuite, des photos passeports de moins de 6 mois, Pit Stop au Walmart du coin, 15$, tx incluses pour 2 photos passeports. Une aubaine! **Petits yeux qui roulent 2-3 fois en l’air**

Un certificat médical récent.

Finalement, une preuve qu’on a en banque un montant de 7 500 gourdes haïtiennes (environ 200$ US).


Le permis de long séjour offre un livret qui ressemble au passeport mais qui nous permet de faire des allers-retours illimités entre le Canada et Haïti pendant 5 ans. Ce permis est renouvelable une fois par année, selon les mêmes termes. Le lien est ici : http://ambassade-haiti.ca/ambassade/structure-et-services/section-consulaire/visas/ Le magnifique permis long séjour n’est évidemment pas gratuit : 50 $.

Ensuite, un petit arrêt à la RAMQ.

En arrivant devant l’immense immeuble du centre-ville de Montréal à 10 h, on se fait dire, par deux agents de sécurité, que c’est complet pour la journée et que nous devons revenir le lendemain matin, dès 8 h.

Ma face : #OuPAS.

Le service téléphonique est toujours ben compliqué, on se fait diriger d’un bord et de l’autre avec un menu plus ou moins intuitif. Deux fois, le système téléphonique a raccroché la ligne car les préposés n’étaient pas disponibles. Avec persévérance, la troisième fois fut la bonne : après 26 minutes, on finit par parler à Raymonde.

Cette femme au grand charisme et d’une générosité sans pareil nous offre une belle discussion à trois. On finit par comprendre qu’on n’aurait pas de rendez-vous le lendemain à Montréal et que le mieux, c’est de remplir un formulaire qu’elle va nous envoyer durant la semaine.

Note à moi-même : Ça ne va pas assez vite on dirait, je pars seulement dimanche dans le fond… 6 jours, je suis large pour recevoir le formulaire, le remplir et le renvoyer. Pas de stress.

Fac, là là, on relaxe!

 

La RAMQ

La RAMQ

L’assurance maladie du Québec nous permet de s’absenter jusqu’à 183 jours par année civile. Donc, dès la 184ième journée hors-Québec, celle-ci ne s’applique plus et l’on devient vraiment dépendant d’une assurance voyage tout inclus. Chaque 7 ans, la RAMQ peut autoriser une année d’exception où on peut s’absenter du 1er janvier au 31 décembre sans perdre la couverture d’assurance maladie. Seules des raisons personnelles peuvent motiver cette demande. Dans notre cas, comme la fin du contrat est prévue le 30 juin 2020, nous n’aurons pas besoin de demander l’année d’exception puisque nous seront 183 jours au Québec de juillet à décembre 2020. Si on le voulait, on pourrait demander l’année d’exception pour 2020 et étirer notre voyage jusqu’en juin 2021 tout en restant couvert. Si jamais vous avez envie de vivre 2 ans hors-Québec, partez de juillet à juin.

Par exemple :

Juillet à décembre 2019 = moins de 183 jours : couvert;

Janvier à décembre 2020 : couvert (année d’exception);

Janvier à juin 2021 : moins de 183 jours (couvert);

Le lien pour la RAMQ : http://www.ramq.gouv.qc.ca/…/Pages/admissibilite-lors-sejou…

Les cartes bancaires

Boom ti boom ti boom!

Partir du Canada plus d’un an comporte certaines modalités auxquelles on ne pense pas toujours. Je vous fais un petit topo de ce qui a retenu mon attention pour l’instant.

Les cartes bancaires et cartes de crédits

Dans la vie, j’ai une carte de crédit. C’est tout! Je vous raconte une petite anecdote à laquelle j’ai dû réagir rapidement.

J’appelle mon fournisseur de carte de crédit parce que ma date d’expiration est prévue pour le printemps et comme je serai encore à l’étranger, je voudrais recevoir une nouvelle carte avec une date d’expiration différente. Je crois que c’est quand même simple comme demande et je me dis : J’appelle, c’est réglé, merci bonsoir… une belle naïveté m’habite!

  • Mais monsieur, je ne peux pas vous envoyer une nouvelle carte maintenant. La procédure veut qu’on vous envoie une nouvelle carte deux mois avant l’expiration.
  • (Sans être baveux) Mais monsieur, je ne serai pas au pays pour accueillir cette carte et c’est pour cette raison que je vous demande de la devancer. (on parle ici de quelques mois, rien de bien méchant).
  • Je ne peux pas.

Là… pu de son au bout du téléphone, pas de : vous pourriez faire ceci ou faire cela … euhhhhhh RIEN!!! Pour lui, le dossier est clos et il est prêt à passer à un autre appel.

  • Trouvez quelqu’un, avec une adresse au Canada, qui pourra vous l’envoyer à Port-au-Prince.

Sérieusement?… Il niaise là, je peux pas croire. Plein de belles choses me passent par la tête mais sagement je le remercie et je raccroche. #siropDePoteau

Finalement, la solution que j’ai trouvée c’est de demander une nouvelle carte de crédit d’une autre compagnie.

 En voyage, la meilleure façon de gérer l’argent c’est à l’aide d’une carte de crédit.

À Haïti, il est fréquent que les guichets automatiques soient vides. On nous a avertit qu’en utilisant une carte débit, le montant est débité de notre compte chèque même si l’argent ne sort pas de la machine et qu’il faut ensuite faire les démarches pour un remboursement. Donc, si je fais 4 guichets à la recherche d’argent comptant, à chaque fois, je demande 500$, ça commence à faire beaucoup d’argent et les démarches pour appeler à la banque pour se faire rembourser sont, comment dire, interminables! Dépendamment de la banque, il y a aussi un frais d’environ 5$ pour chaque retrait en plus des frais du guichet et un frais de taux de change de 2.5% sur la plupart des cartes débit et de crédit, mais pas toutes.

Avec une carte de crédit, les avances de fonds portent des intérêts dès le moment ou l’on retire une somme. Donc, la solution est de retirer l’argent d’un guichet et de rembourser aussitôt via mon compte en ligne. Et ce qui est merveilleux, avec une carte de crédit, c’est que si le guichet ne donne pas la somme demandée, nous observerons dans le relevé mensuel une demande d’autorisation mais également un refus d’autorisation car la transaction n’aura pas été complétée. Donc, pas d’argent débité, pas d’appel au fournisseur! LA PAIX !!  N’est-ce pas merveilleux! 😊 Donc, votre prochain voyage, pensez aux cartes de crédits !

Il existe des cartes de crédits voyages intéressantes qui proposent des remises, des loges à l’aéroport et tout. Nous en parlerons dans un prochain article, au courant de l’année. En plus de ma nouvelle carte de crédit, j’ai également commandé une carte de crédit prépayée. Ce genre de carte n’est pas une carte de crédit ou il y a un solde mensuel à payer et où vous détenez un montant de crédit. L’argent disponible sur la carte est l’argent que vous voulez bien déposer. Elle se comporte comme une carte de crédit standard, c’est-à-dire qu’elle sert à payer des achats elle peut être un bon dépanneur si jamais vous perdez une carte de crédit ou que vous vous la fassiez voler. Les frais sont un peu intenses lors des retraits (5$ chaque retrait + environ 10$ par année). Je considère tout de même que c’est un bon plan B

20 jours avant de partir

Il reste 20 jours. Ça va vite! Ça roule ma poule!

Donc, je vous fais une liste de ce que j’ai décidé d’apporter, vous me direz si vous pensez que j’oublie des choses !

En lien avec l’électricité :

Deux Power Banks, dont une plus grosse. Elle charge des appareils comme mon mac book (prise de 110 volts) le lien est ici : https://www.jackery.com/products/powerbar-77-portable-charger

J’ai aussi un panneau solaire avec 2 ports USB. Je l’ai souvent utilisé en randonnée pour charger mon cellulaire. J’ai fait le test avec la Power Banks grand format. Tsé, je voulais voir si mon panneau solaire allait charger ma batterie. Eh ben oui !!! Le lien est ici : https://www.amazon.ca/-/fr/gp/product/B07B5YZ6TP/ref=ppx_yo_dt_b_asin_title_o06_s00?ie=UTF8&psc=1

Donc, je serai pratiquement autonome pour brancher mes appareils électriques, petits appareils qui ne demande pas une trop grande demande électrique.

Vous vous demandez surement pourquoi c’est nécessaire ce genre de système. Il n’y a pas un service continu d’électricité. Parfois, il peut y avoir seulement 4 à 6 heures d’électricité dans la journée. Pensez au frigo et les moyens de conservation qui nécessite ce petit luxe, qui ici, est si évident!

En lien avec l’eau potable :

Il n’y a pas d’eau potable accessible, sauf si on achète en bouteille. Avec mon côté un peu écolo, j’ai opté pour des pastilles qui nettoient et désinfectent l’eau. Ces pastilles offrent un rendement de 1 pastille pour 2 litres. Le lien ici : https://www.amazon.ca/-/fr/gp/product/B077737MBN/ref=ppx_yo_dt_b_asin_title_o01_s00?ie=UTF8&psc=1

Puis j’ai également acheté un Steripen classic, un purificateur d’eau UV. Il élimine 99,9% des bactéries, virus et protozoaires qui provoquent des maladies d’origine hydrique. Plusieurs voyageurs l’utilisent. Le lien ici : https://www.amazon.ca/-/fr/gp/product/B00V7P1R86/ref=ppx_yo_dt_b_asin_title_o04_s00?ie=UTF8&psc=1

J’ai également prévu un plan C, une paille stérilisante. Produit abordable et transportable! Le lien est ici : https://www.amazon.ca/Filtre-%C3%A0-eau-personnel-LifeStraw/dp/B006QF3TW4/ref=sr_1_1?__mk_fr_CA=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=straw+water+purifier&qid=1565622042&s=gateway&sr=8-1

Gaspésie

Premier arrêt: Saint-Jean-Port-Joli

On a réservé plusieurs mois à l’avance au camping de la demi-lieu pour avoir un terrain situé sur le bord du fleuve Saint-Laurent. C’est magnifique, mais très venteux! Les autres campeurs avaient surtout des roulottes ou tente-roulotte. De notre côté, la tente éprouvait des difficultés avec le vent et semblait toujours sur le point de s’envoler. On a passé une nuit, mais quand on a vu que des orages violents étaient prévus dans la région (il y a même eu une tornade en Mauricie cette journée-là!), on a décidé de tout plier et de poursuivre notre route vers la Gaspésie.

Vue du terrain de camping
Photo de Drew Pimparé.
Jeu de boisson au mini-putt: une gorgée pour chaque coup de bâton. Au moment de la photo, nous étions au trou numéro 5 !

En partant du camping, on est arrêté au Café du Bon Dieu pour déjeuner. Ce café est dans le presbytère de l’église de Saint-Roch-des-Aulnaies, un bâtiment historique construit en 1885. Le menu est fait à partir d’ingrédients locaux et les confitures sont faites maison.

Kim et Olivier

Nous avons donc pris la route vers 11h00 en direction de la Haute-Gaspésie. Avant de partir, nous avons réservé à la dernière minute au Camping Chalet Bel-air ce que nous croyions être un petit chalet sur le bord du Golfe du Saint-Laurent. Malheureusement, Karl a mal lu l’annonce et a réservé une chambre dans le sous-sol de la maison des propriétaires, Kim et Olivier. De toute façon, il n’y avait plus de place dans les chalets. Cela nous a quand même permis de discuter avec les propriétaires durant le petit déjeuner du lendemain. Ils sont super sympathiques. Tannés de leur routine et de leur vie à Montréal, ils ont tout quitté pour réaliser un projet d’entrepreneuriat et débuter leur nouvelle vie en Gaspésie. Ils ne semblent pas regretter malgré les difficultés de se lancer en affaires. Il faut dire que la vue est incroyable et que nous aimerions, nous aussi, se lever le matin avec une brise fraîche venant directement du Golfe.

Gaspé

Nous avions prévu passer deux nuits à Saint-Jean-Port-Joli afin d’arriver vers 18 h au Bed and Breakfast, près de Gaspé. Comme nous partions dorénavant de Madeleine-Centre, nous étions d’avance pour notre check-in. Cela n’a pas fait le bonheur de la dame qui nous hébergeait, qui nous a sèchement refusé l’accès à sa maison. «Revenez plus tard ; allez faire de la randonnée, trouvez quelque chose à faire, moi je ne suis pas prête à vous recevoir». Cependant, il faisait 35 degrés, nous étions fatigués, ça ne nous tentait pas de faire de la randonnée. Après discussion, elle nous a laissé nous installer avec des chaises Adirondaks dans sa cour, avec la vue sur le Golfe. Magnifique! Nous avons pu nous reposer et lire jusqu’à ce que nous puissions faire le check-in.

Nous sommes arrêtés au phare du Cap-des-Rosiers, le plus haut au Canada. Ça coûte 3$ pour entrer sur le site. C’est correct, mais ça ne vaut pas plus que ça. Nous ne pouvions pas monter dans le phare sans visite guidée, et le site est envahi par des milliers de papillons qui se sont rués sur nous. On aime les papillons, mais ceux-là étaient laids et franchement trop nombreux. Drew en avait environ 25 dans le dos. Après 5 minutes sur le site, on est partis.

Y a-t-il un rocher à Percé?

Karl avait super hâte de voir le Rocher Percé. Malheureusement, lors de notre passage, un épais brouillard enveloppait la côte de Percé. Le Rocher n’était pas du tout visible. Nous nous sommes quand même stationné dans la ville et marché sur la promenade, en espérant que le brouillard s’évapore. Ce ne fut pas le cas. La promenade est ben belle, mais a repris la route sans avoir vu notre beau Rocher national.

Carleton-sur-Mer

Notre dernier arrêt : Carleton-sur-Mer. On a dormi dans une ancienne résidence pour personnes âgées, c’était assez spécial! Un bon souper sur une terrasse avec vue sur la Baie-des-Chaleurs. Ce côté de la Gaspésie est réellement plus chaud que le reste de la Gaspésie. L’absence de brise fraîche provenant directement de l’Atlantique Nord rend la Baie-des-Chaleurs beaucoup plus conviviale et chaleureuse.